19 janvier 2013

Le touriste, l'anti nature

Ce n’est pas seulement par son travail et son habitation que l’homme dévaste la nature. Les loisirs sont, si l’on peut dire, aussi de la partie. Sous la pression touristique, des milieux naturels jusque là préservés disparaissent tandis que quelques lambeaux de territoires font office de réserve. La capacité de nuisance du tourisme est d’autant plus grande qu’avec la mise au pas des populations par les révolutions industrielles et techniques les vacances correspondent à une libération des pulsions, à une brusque levée des refoulements. Le tourisme est une pratique qui permet à des centaines de millions de désœuvrés de se livrer à des comportements qu’ils n’oseraient pas afficher dans leur propre pays. [...] À l’étranger, le touriste redevient l’enfant qu’en réalité il n’a jamais cessé d’être mais que son existence d’adulte camouflait. [...] Le tourisme, c’est l’appropriation momentanée du bien et de la vie des autres, un vampirisme admis et très avantageux. Après avoir toute l’année trimé, le touriste veut en avoir pour son argent, il a payé avec son « voyage » la suspension des contraintes.

 

Christian Godin, La haine de la nature, pp. 23-24, Champ Vallon, 2012.

 

http://www.images-chapitre.com/ima1/original/464/49559464_10502694.jpg

Posté par vegman à 15:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires sur Le touriste, l'anti nature

Nouveau commentaire