17 décembre 2011

L'homme, ennemi publique N°1

L'impact de l'homme sur la biosphère est inouï et destructeur. Les pollutions climatiques – effet de serre – mettent en cause des équilibres globaux. partout, les milieux naturels – eau, air, sol - ont du mal à fonctionner. Partout, c'est l'hémorragie des espèces vivantes qui ne peut laisser l'humanité indemne et met en accusation notre responsabilité. Disparition par effets directs que nous ne voulons modérer : surexploitation (pêche par exemple), commerce (os, ivoire, peau...), élimination des « concurrents » et... [Lire la suite]
30 novembre 2011

Un déchirement douloureux

Pour le philosophe Bruno Latour par exemple, la modernité est la naissance séparée et simultanée de l'humanité et de la nature, elle est issue de la division de ces deux sphères (lesquelles, dans les sociétés non modernes, sont souvent liées). La nature, pour un homme moderne, c'est tout ce qui ne relève pas de l'humanité : choses animées et inanimés, lois auxquelles ces choses obéissent. C'est donc à l'aide de l'humanité que l'homme s'exclut de la nature, créant en même temps une classe de phénomènes qualifiés de... [Lire la suite]
12 septembre 2011

"Biodiversité", l'iceberg qui cache la nature

 Dans une société anti-nature comme la nôtre où la nature n’est au mieux qu’un terrain de jeu et de loisirs et au pire un décor à aménager, comment peut-on croire un instant que les gens vont avoir un peu de considération pour de la nature « ordinaire », alors que notre expansion sacrifie même ce qui est rare et unique ! Il faut une sacrée dose de sagesse pour reconnaître que la vraie valeur des choses réside dans leur simplicité ; je crains qu’il ne soit trop tard pour cela dans notre société de l’artifice.... [Lire la suite]
11 août 2011

Plutôt détruire que préserver

La civilisation industrielle a non seulement multiplié les erreurs écologiques déjà présentes dans les activités de l’homme préindustriel, mais elle en a plus pollué l’environnement avec des produits chimiques toxiques et des éléments radioactifs. Avec l’émergence d’une civilisation industrielle mondialisée, l’impact de l’homme sur la nature a tellement augmenté en violence, en intensité et en omniprésence que, dans les pires scénarios imaginables - un holocauste thermonucléaire -, les hommes pourraient bien détruire la biosphère... [Lire la suite]
11 août 2011

Un marché destructeur

L’économiste et sociologue Karl Polanyi (1886-1964) était une autre source de la vision du monde de Teddy [Goldsmith]. Son livre sur La grande transformation a eu une influence sur la façon dont Teddy envisageait le marché et les rapports humains. L’Âge de pierre, âge d’abondance de Marshall Sahlins et les études de Roy Rappaport sur les Tsembaga de Nouvelle-Guinée contribuèrent à sa conviction que le marché imposé du dehors sur une société au lieu de s’y trouvé enchâssé la déstabiliserait et conduirait à son effondrement.   ... [Lire la suite]
31 juillet 2011

Fin de l'ère du pétrole

De toutes les drogues, la plus dure !... Nous autres, les humains, sommes « accros » au pétrole et aux hydrocarbures […] […] Depuis un siècle, nous brûlons chaque année ce que la vie a mis un million d’année a fabriquer. Où en sommes-nous de nos précieuses réserves de ces substances ? Combien de temps dureront-elles, sachant que les meilleurs gisements s’épuisent et que la demande grimpe en flèche ? Existe-t-il des énergies de substitution ? Quels seront les effets de la raréfaction et du... [Lire la suite]
19 juillet 2011

Désirer la Nature

  Qui aime la Nature y va. On doit lui foutre la paix. Qui n’aime pas la nature n’ira pas si on ne l’incite pas à y aller. Ça permettra de faire moins de fric, ça fera peut-être quelques emplois en moins, une tapée de sources de prestige qui disparaîtront. Et après ? Eh bien, après, on donnera aux citoyens, s’ils le veulent bien, et avant qu’ils aillent dans la Nature, les informations et l’éducation nécessaires. Entres parenthèses, ça, ça en fera des emplois ! Lorsqu’ils se croiseront par hasard en sortie... [Lire la suite]
18 juin 2011

Du mythe de la croissance

Tant qu’on raisonnera sans les limites de cette civilisation inégalitaire, la croissance apparaîtra  à la masse des gens comme la promesse - pourtant entièrement illusoire - qu’ils cesseront un jour d’être « sous-privilégiés », et la non-croissance comme leur condamnation à la médiocrité sans espoir. Aussi n’est-ce pas tant à la croissance qu’il faut s’attaquer qu’à la mystification qu’elle entretient, à la dynamique des besoins croissants et toujours frustrés sur laquelle elle repose, à la compétition qu’elle organise... [Lire la suite]
Posté par vegman à 20:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
18 juin 2011

Ecologie et politique

Il vaut mieux tenter de définir, dès le départ, pour quoi on lutte et pas seulement contre quoi. Et il vaut mieux essayer de prévoir comment le capitalisme sera affecté et changé par les contraintes écologiques, que de croire que celles-ci provoqueront sa disparition, sans plus.   André Gorz/Michel Bosquet, Ecologie et politique, p.10, 1977 © Seuil  
Posté par vegman à 20:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
14 juin 2011

Quand le concept "nature" est occidentalisé

Plusieurs auteurs, dont l’ethnologue Philippe Descola, ont expliqué que le concept de la Nature n’existait pas dans certaines populations (Jivaros par exemple). Ils en ont voulu pour preuve que les humains ne s’y positionnaient pas comme étant en face de forces hostiles. J’ai eu aussi des discussions épiques avec un de mes amis, guide saharien,  concernant l’existence ou pas du concept de nature chez les Touaregs. Je constate dans les deux cas, et dans d’autres, que l’observateur a recherché si dans la société existait le concept... [Lire la suite]
Posté par vegman à 15:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,