04 février 2013

Lorsque l'écologie s'en mêle

            L'écologie a toujours une bonne presse lorsqu'elle nous exhorte à trier nos déchets, à ne pas polluer nos rivières, à ne plus utiliser de sacs en plastique et à chevaucher de bon cœur pour nos petits déplacements un vélo de ville. Mais pour peu que la critique écologique pousse l'aiguillon au-delà de la seule remise en cause de la société libérale en ses modes de gestion politique et économique, pour peu qu'elle se mette à interroger les racines culturelles de la crise... [Lire la suite]
30 octobre 2012

La technoscience ou l'ennemi de la Nature

"L’Occident Moderne ne peut construire sa culture que sur sa propre représentation de la Nature. Parce qu'elle étudie l'univers et en bâtit une version, la science occidentale est l'un des éléments fondateur de la culture moderne. Dans sa démarche réductionniste et mécaniste, elle a généré une vision du monde austère, remplie de contraintes contre lesquelles il faut se battre et a entièrement suscité l'essor de la technique en tant que moyen pour soutenir ce combat. L'ensemble de la société moderne est aujourd'hui organisé autour du... [Lire la suite]
31 janvier 2012

Le génie du sol vivant

de Bernard Bertrand et Victor Renaud         Broché: 256 pages Editeur : Editions de Terran (1 décembre 2009) Collection : Jardiner nature Langue : Français ISBN-10: 2359810022   Et si les problèmes des jardiniers et des agriculteurs venaient de notre méconnaissance de la vie du sol et des mauvais traitements que nous lui infligeons ? L’exemple des espaces naturels (forestiers et autres), nous montre que le « Génie de la vie du sol » est la clé de la fertilité et... [Lire la suite]
27 décembre 2011

Le gang de la clef à molette

de Edward Abbey     Révoltés de voir le somptueux désert de l'Ouest défiguré par les grandes firmes industrielles, quatre insoumis décident d'entrer en lutte contre la " Machine ". Un vétéran du Vietnam accroc à la bière et aux armes à feu, un chirurgien incendiaire entre deux âges, sa superbe maîtresse et un mormon, nostalgique et polygame commencent à détruire ponts, routes et voies ferrées qui balafrent le désert. Armés de simples clefs à molettes -et de dynamite- nos héros écologistes vont devoir affronter les... [Lire la suite]
30 novembre 2011

Un déchirement douloureux

Pour le philosophe Bruno Latour par exemple, la modernité est la naissance séparée et simultanée de l'humanité et de la nature, elle est issue de la division de ces deux sphères (lesquelles, dans les sociétés non modernes, sont souvent liées). La nature, pour un homme moderne, c'est tout ce qui ne relève pas de l'humanité : choses animées et inanimés, lois auxquelles ces choses obéissent. C'est donc à l'aide de l'humanité que l'homme s'exclut de la nature, créant en même temps une classe de phénomènes qualifiés de... [Lire la suite]
28 novembre 2011

Les sociétés traditionnelles au secours des sociétés modernes

de Sabine Rabourdin     Notre terre est fragile et ne peut plus aujourd'hui répondre aux sollicitations démesurées des hommes. Comment alors concilier " modernité " et écologie? A travers un tour du monde des savoirs écologiques traditionnels chez les Yanomamis, les Ladakhis, les I nuits..., Sabine Rabourdin montre que ces sociétés ont su développer des façons de vivre qui s'harmonisent avec leur environnement et se fixer des limites. Ces " bons sauvages " auraient beaucoup à apprendre aux " civilisés " : depuis leur... [Lire la suite]
12 septembre 2011

"Biodiversité", l'iceberg qui cache la nature

 Dans une société anti-nature comme la nôtre où la nature n’est au mieux qu’un terrain de jeu et de loisirs et au pire un décor à aménager, comment peut-on croire un instant que les gens vont avoir un peu de considération pour de la nature « ordinaire », alors que notre expansion sacrifie même ce qui est rare et unique ! Il faut une sacrée dose de sagesse pour reconnaître que la vraie valeur des choses réside dans leur simplicité ; je crains qu’il ne soit trop tard pour cela dans notre société de l’artifice.... [Lire la suite]
11 août 2011

Plutôt détruire que préserver

La civilisation industrielle a non seulement multiplié les erreurs écologiques déjà présentes dans les activités de l’homme préindustriel, mais elle en a plus pollué l’environnement avec des produits chimiques toxiques et des éléments radioactifs. Avec l’émergence d’une civilisation industrielle mondialisée, l’impact de l’homme sur la nature a tellement augmenté en violence, en intensité et en omniprésence que, dans les pires scénarios imaginables - un holocauste thermonucléaire -, les hommes pourraient bien détruire la biosphère... [Lire la suite]
11 août 2011

Un marché destructeur

L’économiste et sociologue Karl Polanyi (1886-1964) était une autre source de la vision du monde de Teddy [Goldsmith]. Son livre sur La grande transformation a eu une influence sur la façon dont Teddy envisageait le marché et les rapports humains. L’Âge de pierre, âge d’abondance de Marshall Sahlins et les études de Roy Rappaport sur les Tsembaga de Nouvelle-Guinée contribuèrent à sa conviction que le marché imposé du dehors sur une société au lieu de s’y trouvé enchâssé la déstabiliserait et conduirait à son effondrement.   ... [Lire la suite]
03 juillet 2011

Vers une société proche de la nature

Nous avons besoin de types de sociétés et de communautés dans lesquelles chacun prenne goût aux divers aspects d’un équilibre créateur de valeur, plutôt qu’à la glorification de la croissance où les valeurs restent neutres ; un équilibre dans lequel il serait plus important d’être ensemble avec d’autres êtres vivants, que de les exploiter ou de les tuer. Le problème de la crise environnementale a pour origine le fait que les êtres humains n’ont pas encore pris conscience du potentiel qu’ils ont de vivre des expériences variées... [Lire la suite]